Skip to content

la route

route jaune vers la vie indolore
où je voyage au gré de tes pensées
sur le chemin où tu t’es enfuis
dans le sous sol de ma nuit

au carrefour de notre amour
tu as pris l’est
j’ai pris l’ouest
là où le vent emporte nos âmes
le long des platanes de verre
se brisant sous le poids de tes baisers
révolus

matin d’hiver loin de ton val
j’avance pas à pas dans un brouillard seul
doutant de ton existence passée

j’agonise dans un silence morbide
cherchant du regard le carrefour d’hier
et cette route qui m’éloigne de toi
refermant sur le jour
les souvenirs de ce nous

Published inConnivences