Skip to content

blessure ouverte

froid
froid
comme il froid
dans cet été relatif
chevauchant ta peau de pierre

les dialogues stériles
haranguent le vent viole face à l’océan

mes yeux tournent
fixent l’horloge accusatrice
le temps est une cage
et son visage canari aux lambeaux de peau déchirés
tente dans un dernier exploit de panique
d’imaginer une issue

le vacarme de tes fantasmes
encerclent l’hiver qui mâche tes espoirs
vomit l’impuissance de la miséricorde

le route du temps est trop étroite pour toi
le température s’envole et t’emporte
faisant peler ce qu’il te reste de peau
confusion des genres qui inondera bientôt des bandages

Published inNon classé