Skip to content

le poids d’un atome

le bruit frêle des réminiscences se débat
dans l’écho d’une vague nausées
émiettée le long d’une autoroute métaphysique

les contrôles dichotomiques
entre les yeux et la peau
ne suffisent plus à affronter les catalyseurs autrefois dissuasifs

pourquoi

nous sommes des animaux
vivants par les morts
respirant l’air des vivants jusqu’à les asphyxier

sur la route sinistre de l’exile
les véhicules tristes et sourdes qui ne parlent pas notre lange
engloutissent le désir
entre les gouttes
entre le vent
jusqu’à la clepsydre renversée

gagner n’est pas une option

la distance n’est plus calculable
alors que ton coeur brûle dans une ampoule de tungstène

cette année est encore trop sombre

Published inNon classé