Skip to content

optimisme

les feuilles tombent
et nous tentons
de les attraper

derrière nous
le feu des allumettes abandonnées
dévore les couleurs affamées de l’automne
les gris assoiffés
les pastels antonymes aux décibels acquis

sirène de printemps

en marge de la violence du vent
ta jeunesse en vide et fragile
s’engouffre vers demain
ce demain qui se dessine sur mes ongles brisés

l’art n’est qu’une posture
rapidement une imposture
à l’ombre de nos idéaux encadrés
emprunté à une humanité que nous aimons détesté

les feuilles tombent
et nous tentons
de les attraper

Published inNon classé