Skip to content

c’était Paris

c’était un début de journée
une journée parisienne sur les remparts de la Seine
entre le métro, les pigeons et nos espoirs
quand l’eau coulait moins vite que nos amours

c’était une journée sans raison
une journée où les gens marchent sans but
disséminés dans des rues indolentes
où autrefois vivaient les révolutions de nos id »aux

dans le ciel clignotent les signaux lumineux
marquant l’angoisse et battant l’asphalte humide
où nous marchons mains liées
décoiffés par le vent qui affole les terrasses

dans les rues s’agitent les sourires matinaux
attendant que les pluies coulent sur les visages
jusqu’à se fondre avec les larmes salées
que nous ferons alors semblant d’oublier

c’était un ciel dessiné sur un drapeau bicolore
brandi au bout d’un pic de métal
immobile devant une ville d’acier
qui se déchire au fil des rails

c’était la rue de notre rencontre
là où Paris se couche tard debout dans la nuit
où fulminent des amours éphémères
tandis que les matinaux partent au loin

Published inLilou