Skip to content

je laisse le temps

je laisse le temps emporter les pensées
partir dans les contrées où tu n’es plus

je laisse le temps voler l’éternel ailleurs
souiller les désirs dont tu prends soin

comme nous sur les flots
attachés à la délivrance du jour

te rappelles tu tous les mots qu’on a dit
te souviens tu de toutes les phrases qu’on a écrit

comme toi j’efface ce que je voudrais oublié
rabotant mes cicatrices au rassoir

je laisse le temps emporter ce qui est de trop
souiller les désirs dont du prends soins

je laisse le temps prendre mes derniers mots
partir dans les contrées où tu n’es plus

trop de nuits je t’ai rêvé alors tu étais à mes côtés
aujourd’hui ton absence m’habite chaque jour

glissant sur tes joues comme une larme
ta main m’essuie comme lorsque tu étais trop heureux

imagineur désabusé je viole le temps
avec mes pensées d’espoir que tu m’as donné

je laisse le temps emporte les pensées
dominer l’ardeur du passé révolu

je laisse le temps voler l’éternel ailleurs
oublier ce que nous avons ensemble toucher

imagine tu un instant que nous n’a jamais existé
embarquant avec lui la solitude fortuite

à bord d’une embarcation qui fuit
je colmate l’espoir avec tes anciens mots d’amour

j’espère l’espoir à travers notre forêt trop épaisse
violence déchainée des regrets qui nous bayonnent

je laisse le temps
partir dans les contrées où tu n’es plus

je laisse le temps
souiller les désirs dont tu prends soin

Published inLilou