Skip to content

Virtuose

Toute la rumeur du monde est une poursuite d’un bonheur que l’on aura jamais
Une prise lèvre de dérision dans équivoque
Mourant implacablement dans la survie qui creuse un pessimisme qui ne lit rien
Sans espoir face aux malheurs j’ai cru écrit les derniers faux semblants
En écartant les spectacles vulgaires où aucun allié n’arrivaient sur scène
Changeant de place avec les spectateurs qui se prélassaient sur les fauteuils sans confort
Dans l’autrefois de notre présent j’écris sur son visage-calendrier
l’espoir de voir graver dans tes cases les lectures qu’on oubliera
Comme l’acier inviolable qui s’envole dans les provinces acerbes

Les hésitations inodores refusent l’infidélité déchirée
A l’ombre des mois futurs je sanctifie l’odeur d’une dernière pensée
Celle dont on ne te tirera jamais

Published inNon classé